La pédagogie de la méthode Feldenkrais appliquée au domaine de la kinésithérapie 

La méthode Feldenkrais ou prise de conscience par le mouvement est une pratique corporelle qui se propose en séance individuelle ou collective. Pour en découvrir une brève présentation, je vous propose de lire mon article précédent ici.

Dans cet article, nous allons détailler un peu plus précisément ses principes fondamentaux, et ce qu’ils ont de à la fois précieux et singulier à apporter au domaine de la masso-kinésithérapie. 

Quels sont les principes fondamentaux de la méthode Feldenkrais ?

La base de cette approche repose sur l’intention de favoriser l’apprentissage somatique en passant par différentes expériences sensorielles. Pour comprendre cet apprentissage somatique, il convient de redéfinir différentes formes d’apprentissage.

 Pour apprendre à bouger différemment, il y a plusieurs manières de faire. Avec les sportifs, et de façon assez courante en kinésithérapie, nous passons souvent par un apprentissage intellectuel du mouvement. C’est à dire que nous expliquons comment bouger, nous décrivons quel est le mouvement attendu pour ensuite chercher à le reproduire. Ce type d’apprentissage est parfaitement adapté à certaines situations, mais limité dans d’autres (surtout avec les enfants).

Par exemple : 

– un patient qui viendrait consulter pour une douleur d’épaule, en kinésithérapie nous pourrions avoir tendance à lui demander de lever le bras sans lever l’épaule. Alors qu’en s’inspirant de la pédagogie de la méthode Feldenkrais, nous lui proposerions des mouvements, ou des techniques manuelles pour que de lui-même il apprenne à lever le bras sans lever l’épaule. 

Dans la pratique, ces deux apprentissages sont souvent complémentaires.

Maintenant que je vous espère en connaissance et compréhension de cet apprentissage somatique, se pose la question de : comment favoriser cet apprentissage somatique?

Comment favoriser l’apprentissage de nouveaux mouvements sans passer par l’intellect? (selon la méthode Feldenkrais)

C’est ici que la méthode Feldenkrais développe une pédagogie assez spécifique à cette approche. 

Pour favoriser de nouveaux apprentissages moteurs en s’inspirant de cette approche, le praticien va proposer différentes expériences motrices et sensorielles qui respecteront les principes fondamentaux suivant : 

Selon la méthode Feldenkrais, nous commençons par aller dans le sens du schéma. 

Par exemple, si une personne arrive avec le dos vouté, plutôt que de dire “il faut vous redresser” nous commencerons par des mouvements ou guidages manuels qui vont dans le sens de la flexion. Nous cherchons ainsi une détente des muscles fléchisseurs, avant de revenir à une posture plus “neutre”, pour ensuite aller progressivement vers l’extension. Avant d’amener le moment opposé au schéma préférentiel initial, plusieurs séances seront parfois nécessaires, qui combineront des mouvements dans les 3 plans de l’espace (et pas seulement flexion  / extension).

– Rester dans le facile, et confortable.

Avec les mouvements issus de la méthode Feldenkrais, nous prêtons beaucoup d’attention aux qualités du mouvement, et pas seulement au mouvement en lui-même. Les mouvements peuvent être petits ou grands, mais toujours faciles et confortables. Il est souvent très étonnant pour les participants de constater que leur mobilité s’améliore en fin de séance sans avoir fait d’efforts particuliers. Ce principe est particulièrement adapté autant aux enfants qu’aux patients douloureux chroniques qui comprennent qu’ils peuvent s’améliorer sans se forcer à “faire de la rééducation”.

Pour améliorer une fonction, il convient de la travailler dans 3 positions différentes

Par exemple pour améliorer le contrôle du genou, nous pratiquerons des mouvements allongés sur le dos, ou sur le côté, assis et debout. Pour améliorer l’élévation antérieure du bras, nous commencerons peut être par le décubitus latéral position dans laquelle le bras ne subit pas la pesanteur. Avant de continuer allongé sur le dos ou debout…

Dans ma pratique professionnelle, l’applique ce principe à chacune de mes séances.

Si chaque partie du corps joue bien son rôle le tout peut mieux fonctionner.

 Une phrase que je site souvent et qui vient directement de Moshe Feldenkrais. Pour vous expliquer ce principe et son application dans le mouvement, je vais vous proposer l’exemple d’une personne souffrant de lombalgie chronique.

Chez ces personnes, la mobilité lombaire est souvent sur utilisée, particulièrement en rotation alors que les vertèbres lombaires de part leur structure possède très peu de mobilité en rotation (contrairement aux vertèbres thoraciques et cervicales). Après un bilan postural et gestuel détaillé, le praticien va comprendre quelles sont les parties du corps sur utilisées (et pour chacune dans quel plan) , et les parties du corps sous utilisées. Dans le cas de la lombalgie chronique, la mobilité de hanche est souvent sous-utilisée et peu consciente, ainsi que la mobilité dorsale avec des cages thoraciques souvent hypo mobiles. 

La plus part du temps, les parties du corps moins mobiles n’ont aucun “problème de santé”. Elles sont surtout moins consciente et pas suffisamment intégrées dans la gestuelle globale. La méthode Feldenkrais va offrir tout un répertoire de mouvements infiniment riches qui permettront d’isoler le mouvement dans certaines articulations, ou au contraire de relier les parties du corps entre elles. Je vous présente ici un autre principe : isoler (ou dissocier le mouvement d’une partie du corps, par exemple la hanche ou l’omoplate) / relier.

Toutes ces expériences motrices, qu’elles soient guidées manuellement ou verbalement permettront à la personne de trouver une nouvelle organisation de mouvements à la fin de la séance, plus respectueuse de sa physiologie. Et si vous vous souvenez du premier paragraphe, vous comprendrez que cette personne se met à bouger différemment sans qu’on lui dise ce qu’elle est censée faire. Il n’y a pas d’idée de bons ou mauvais mouvements, l’important c’est d’avoir le choix, enrichir le répertoire moteur utilisé au quotidien pour préserver un équilibre sain.

– Proposer des variations.

 Nous avons précédemment parlé de proposer des variations de positions pour intégrer une même fonction. Mais le principe de variation s’adresse aussi à l’amplitude du mouvement, et sa vitesse. Mieux le tonus est régulé, plus la personne est capable de bouger lentement comme rapidement avec la même fluidité et la même régulation du mouvement. Un mouvement saccadé traduira des tensions musculaires et une difficulté à ajuster le tonus. Un mouvement à vitesse régulé mais qui s’effondre au retour traduira également une difficulté de régulation du tonus. C’est pourquoi nous recherchons une fluidité et une présence tout au long du mouvement, à l’aller comme au retour dans différentes amplitudes et vitesses.

 – Le pouvoir de l’imagination

Je vous propose de le découvrir en pratique ici…

Quelques illustration pratiques de cette pédagogie singulière : la pédagogie de la méthode Feldenkrais appliquée au domaine de la kinésithérapie

Dans cet extrait de séance vous expérimenterez des mouvements pour découvrir la mobilité de la scapulo thoracique. Souvent sous utilisée, ces mouvements sont souvent très bénéfiques pour toute personne qui souffre du dos ou des cervicales. Cependant, selon chaque individu, il  y aura différentes manières de les amener, en voici juste un extrait de une proposition. Le reste est vu en formation!

La méthode Feldenkrais ne se pratique pas seulement au sol mais aussi debout, voici une proposition pour aller explorer votre posture et son ajustement. Vous y découvrirez plusieurs principes fondamentaux expliqués ci dessus, mais lesquels? Dites-moi en commentaire ceux que vous reconnaissez.

Et pour comprendre l’intérêt de cette approche neuromotrice aurpès des enfants avec atypies neuro motrice , la dernière vidéo!

Bravo au lecteur qui sera arrivé jusqu’à ce point de l’article! Merci pour l’intérêt que vous montrez pour cette pédagogie si particulière dont les bénéfices vont bien plus loin que l’amélioration de nos capacités corporelles. 

 

Pour vous remercier de votre intérêt, j’ai une proposition spéciale à vous faire qui ne sera valide que une semaine, elle se terminera le vendredi 5 juillet un jour après mon anniversaire. J’offre cette semaine un extrait de cours qui normalement est intégré à mes formations. Un atelier sur l’allongement de la chaîne postérieure, avec des mouvements inspirés de la méthode Feldenkrais. Cet atelier n’est qu’une toute petite partie de tous les travail à faire sur cette chaîne postérieure, vous y trouverez de nouveaux mouvements à proposer aux petits et grands.

Et pour ceux qui souhaitent approfondir cette approche au cours d’une formation, je vous propose de lire mes programmes qui contiennent plus de 10h de pratique de mouvements isssus de la méthode Feldenkrais, en plus des temps passer à analyser, chercher à comprendre pourquoi, comment utiliser ces mouvements avec quel patient.